Nouvelle année scolaire, S+1 !

L’occasion de quelques résolutions pour lutter encore un peu plus contre Hashimoto.

Bilan à début septembre : mes analyses sont stables, je suis passée à un demi cachet de Levothyrox dose initiale (50 mg) par jour – toujours sur des plaquettes de l’ancienne formule. Soit pas grand chose. L’été a été reposant et cède la place à de nouvelles envies.

THINK BIG

Cela fait quelques mois que dans mes démarches pour le rééquilibrage hormonal – qui impliquent une remise en question globale et l’application du bon sens des voies naturelles à à peu près tous les actes de la vie quotidienne, s’il fallait résumer – je me pose la question du rôle de la pilule contraceptive.

Comme beaucoup de jeunes femmes de ma génération, j’ai été « mise » sous pilule aux alentours de 15 ans – d’office en quelque sorte. Tolérant bien cet apport d’hormones, je n’ai jamais questionné cette habitude jusqu’à l’âge de 25 ans. Je suis alors trop frileuse pour me frotter à d’autres moyens de contraception : à l’époque le stérilet cuivre pour femmes n’ayant pas eu d’enfants ne fait pas encore fureur, les implants me paraissent égaler la pilule puisque je n’ai pas tendance à l’oublier et je ne me sens pas prête à tenter une seule protection via préservatifs. Je passe mon tour et continue gentiment de faire croire à mon corps qu’il est en gestation par pur confort je le confesse, pour éviter les désagréments de règles douloureuses et ne pas trop penser à ma « vie de femme ».

Pour avoir plus de part de cerveau libre pour quoi au juste ?

C’est la question que je me pose aujourd’hui. Après des semaines de prise de renseignements, d’appréhension, de demande d’ordonnance pour un stérilet cuivre… je décide finalement ce 1er septembre d’arrêter tout bonnement la prise de pilule. Au profit de l’application Natural Cycles dont j’ai lu le plus grand bien. Prise de température quotidienne donc – un geste matinal en remplace un autre – et utilisations de préservatifs quand l’iphone voit rouge soit 6 jours par mois en moyenne lorsque le corps a retrouvé son bon fonctionnement. Dans la perspective – enthousiaste – d’une régulation hormonale 100% naturelle et de cycles redevenus réguliers. « Contraception with no side effects ». A suivre.

THINK SMALL

  • Plus de trajets à vélo pour moins subir les couloirs-catacombes du métro parisien, se vider la tête et faire du sport et des économies. Quadruple effet bénéfique.
  • Une meilleure gestion du stress. Do not put too much pressure on myself. Take it easy. Stay positive. Pour le plus longtemps possible.
  • Des noix de coco fraîches et jeunes. Celles qui n’ont pas encore leur coquille brune poilue. Celle qui sont taillées en diamant. Pour leur eau pure et bourrée de micro nutriments restoratifs. Pour leur chair tendre et moins calorique que celle de leurs grandes soeurs les coco matures. Elles se trouvent en magasins asiatiques (pour ma part, je m’approvisionne à Marx Dormoy dans le 18e pour 2,50 euros pièce) ou en ligne (filière bio notamment).

  • Du pain sans gluten homemade. Le pain sans gluten de Naturalia ou pire « sous-vide » chez Monoprix, on n’en maîtrise pas exactement la composition, c’est hors de prix, ça sèche très vite etc. Test & learn d’apprentie boulangère : une machine à pain en bon état à 50 euros dégotée sur Le Bon Coin en deux temps trois mouvements. Rentabilisée en 5 pains, bien meilleurs que ceux du commerce. Et dont la longévité est également accrue.

THINK LONG TERM

Des habitudes qui se veulent pérennes. Et joyeuses.

Bonne rentrée !

Write A Comment