Au printemps dernier, à l’âge de 27 ans, je traverse soudainement une phase de grande fatigue physique. Mon corps me pèse, mon visage gonfle, ma poitrine et mon ventre enflent… Au bout de quelques semaines de « mou », je trouve cela assez vite anormal : je suis de constitution plutôt sèche et énergique, je n’ai rien changé à ma nourriture ni à mes habitudes sportives. Et pourtant, sur la balance, lors d’une banale visite chez mon médecin généraliste : +7kg !

J’en sors un peu ahurie. Je n’ai jamais pesé aussi lourd… Je fais un test de grossesse, puis deux. Rien à signaler.

Réflexe primaire : j’en touche un mot à ma mère, qui me conseille d’aller consulter un endocrinologue. Je passe à l’acte au cœur de l’été.

Le spécialiste me questionne et va chercher directement du côté de ma thyroïde, la palpe. Il est formel : « il y a quelque chose ». S’ensuit une batterie de tests sanguins et une échographie de la glande en question. Pas de nodules (sorte d’excroissances) mais un gonflement notable. Quant aux analyses, elles révèlent un taux d’anticorps anti-thyroperoxydase et anti-thyroglobuline* anormalement élevés. Voilà les marqueurs de la maladie auto-immune dite thyroïdite d’Hashimoto.

La prescription du médecin « traditionnel » est la suivante :

  • Une prise du médicament Levothyrox à vie à raison de 50 mg / jour pour commencer
  • Un régime tout droit sorti des années 1990 – fromage blanc 0%, haricots verts vapeur – pour tenter de perdre les kilos superflus, sans garantie de réussite
  • Une nouvelle prise de sang six semaines plus tard pour vérifier que le dosage d’hormones est à peu près bon et – hop – retour dans la nature !

Je reste perplexe, je me sens comme expédiée. Je pense aux scandales médicaux liés aux médicaments comme le Mediator. Et lance quelques recherches frénétiques sur Google.

Serait-il possible, en 2016, qu’il n’existe d’autre solution que de prendre des hormones thyroïdiennes en cachet à vie pour suppléer un dysfonctionnement de la thyroïde (et, à termes, l’endormir totalement) ? S’il semble que cette maladie auto-immune est en pleine expansion, quelles en sont les véritables causes ?

Étonnamment, je trouve très peu d’informations concernant les vraies questions que je me pose. A commencer par celle-ci : comment guérir Hashimoto par voies naturelles ?

Voici, en quelques mots, la genèse de ce site-témoignage.

*Taux constatés en août 2016 :

  • AC ANTI-THYROPEROXYDASE 166
  • AC ANTI-THYROGLOBULINE 286

Write A Comment