A partir de janvier 2017, j’ai mis en place un certain nombre de chantiers à long terme visant à guérir définitivement de la thyroïdite d’Hashimoto (et, accessoirement, à mieux vivre !). Ceux-ci sont la synthèse de ce que j’ai pu apprendre sur internet et dans les livres à ce sujet.

Voici une liste exhaustive de mon plan d’action :

L’arrêt complet du gluten afin de réparer durablement la barrière intestinale.
Pour remplacer pain, pâtes et gâteaux j’ai opté pour :
1. Des pains sans gluten trouvés chez Naturalia ou au Retour à la Terre (Biocoop) : pains de sarrasin, de quinoa, de châtaigne, de riz… pas la même texture, le même goût ni le même prix : à tester pour déterminer ses préférences personnelles.
2. Du riz semi-complet et complet (de camargue et thai) ainsi que du quinoa, comme base de salades ou bols composés par exemple, ou accompagnement de poissons et de viandes.
3. Du chocolat noir 70% et des dattes, abricots secs, noix, amandes… comme sucreries lorsque nécessaire.
Pas de produits industriels dans lesquels pourrait se trouver du gluten « caché » (farine de blé épaississante pour sauces etc.).

Une limitation drastique des produits laitiers pour une meilleure digestion.
Généralement, cela se limite à un yaourt le matin. De brebis, de chèvre ou de coco la plupart du temps.
Pas de lait mais quelques yaourts ou fromages, très peu de lait de vache.

Au-delà de ces mesures alimentaires précises, une alimentation la plus saine et la plus variée possible.
Des produits frais, bio, artisanaux. Les moins enrichis en EXXX…
Prendre le réflexe de lire les compositions en diagonale. Pas de sucres ajoutés, de conservateurs etc.
Beaucoup de fait maison et de fruits et légumes. Notamment au travers de jus fraîchement mixés.

Une activité physique très régulière et diversifiée.
Cela faisait déjà plusieurs années que je pratiquais régulièrement course à pied, yoga, natation, squash etc.
Je me suis astreinte à une discipline sportive plus réglée encore en essayant, dans la mesure du possible, de pratiquer 2 à 3 sports différents par semaine : une session de jogging, une séance cardio de vélo en salle, un cours de yoga, un passage à la piscine… Je m’efforce également de marcher ou de prendre le velib dès que je le peux.

Un meilleur repos et un sommeil optimisé.
Moins d’alcool. Plus d’heures de sommeil. Du repos forcé le weekend. Afin de permettre au corps (et à l’esprit) de récupérer. Du soleil dès que possible aussi. Pour un plein de vitamine D.

Des compléments alimentaires ciblés.
En tout début d’année, pour préparer et accompagner mon changement de lifestyle, j’ai procédé à une « remise à zéro des compteurs » via 2 jours de jeûne (avec eau) suivi de 1 jour de monodiète pomme et 1 jour de fruits et légumes uniquement. Pendant cette detox, je prenais des compléments alimentaires destinés à favoriser l’élimination et à booster les fonctions hormonales proposés par le site Regenere. J’ai également aidé mon système digestif à repartir correctement avec du psyllium (lubrifiant végétal des intestins) et des massages du ventre et cataplasmes à l’huile de ricin.
A l’issue de cette période de transition, j’ai alterné plusieurs cures pour soutenir mes démarches. Du sélénium (oligo-élément modulateur des réponses immunitaires et anti-inflammatoires), de l’ashwagandha (ginseng indien, plante puissante de la médecine ayurvédique, booster général qui stimule en particulier la thyroïde), du zinc (censé également renforcer le système immunitaire), des complexes destinés à rétablir la barrière intestinale (Lactibiane et Perméaline de Pileje).

J’ai procédé très récemment à des analyses précises de mes micro-nutriments dans le but de mieux doser ces compléments et de comprendre ce qui est et sera vraiment utile à mon métabolisme.

Une réduction draconienne de ma consommation de tabac.
Je suis passée de 3 à 4 cigarettes par jour à 3 à 4 cigarettes par semaine en moyenne.

De l’apaisement du mental, via la méditation.
Sensibilisée par le yoga, j’ai tenté de ritualiser la méditation, aidée par une application mobile (Petit Bambou). Une session de 20 minutes le matin, répétée 5 jours sur 7. En mobilité lorsque je suis en déplacement : dans le train ou l’avion, à l’hôtel. Cela constitue une pause salvatrice dans l’enchaînement des tâches, des pensées et des jours ! Même s’il n’est pas toujours facile d’être régulière sur la durée… Après quelques mois de pratique, j’aimerais me tourner vers une méditation non-guidée. En musique peut-être puis silencieuse. Un séjour en Inde à l’automne devrait m’aider à approfondir ma pratique.

Des analyses régulières, pour tracer les progrès et comprendre comment réguler la prise de médicaments.
J’ai divisé ma dose de Levothyrox par 2 au bout de quelques semaines : je suis passée de 50 mg jour à 25 (1/2 cachet). Cela a été rendu possible par des prises de sang mensuelles qui m’ont rassuré sur ma capacité à rentrer dans les fourchettes sans la prise d’un cachet complet.

En l’espace de six mois de ce lifestyle, voici un récapitulatif des ressentis et premiers résultats constatés :
– Une peau plus saine, moins d’imperfections
– Une digestion améliorée, un bon transit, une sensation de fatigue réduite et un ventre plat
– Un meilleur système immunitaire : moins fréquemment malade, moins de boutons de fièvre…
– Plus de tonus, notamment musculaire, davantage d’endurance
– Une motivation accrue et plus constante, un bon moral !

Liens utiles :
https://www.youtube.com/watch?v=szZsPZjZ3lc
https://www.valpiform.com/fiches-cuisine/liste-de-courses-sansgluten/
https://leretouralaterre.fr/
http://regenere.org/
http://www.supersmart.com/
http://www.pileje-micronutrition.fr/
https://www.petitbambou.com/

Write A Comment